Druide de Oliver Peru

  • Type d’article :Chronique détaillée de livre n°3 ;
  • Livre : « Druide » de Oliver Peru ;
  • Genre littéraire : Fantasy adulte ;
  • Date fin de lecture :01/05/2013 ;
  • Note : Coup de cœur.

Image

Résumé (quatrième de couverture) :

Les druides règnent sur une forêt primordiale et sacrée sise au cœur du monde. Détenteurs d’une sagesse millénaire, ils sont les gardiens du Pacte Ancien, dont le respect garantit la paix entre les peuples. Mais un crime de sang d’une violence inouïe met en péril le fragile échiquier politique des royaumes du Nord. Le druide Obrigan, aidé de ses deux apprentis, ne dispose que de vingt et un jours, pas un de plus, pour élucider les circonstances du drame, faute de quoi une guerre totale éclatera. Et tandis que le compte à rebours tourne, chaque lune apporte son lot de nouveaux cadavres, l’entraînant toujours plus loin dans l’horreur…

Mon avis (encore une fois bien long -_-) :

J’ai fini de lire le livre il y a un petit mois maintenant mais je n’étais pas encore parvenue à écrire mon avis, alors le voilà ^^

Que dire… par où commencer… J’ai beaucoup à dire sur ce livre qui est officiellement devenu mon livre favori (comment ça je radote 0.o) !!

Aussi commençons par le commencement : la couverture ! S’il est vrai que les couvertures ne reflètent pas toujours les contenus, je trouve que celle-ci (au passage magnifique et faite par l’auteur) représente à merveille le livre. Belle, magique et envoutante tout en laissant planer une impression de noirceur (tout de même nuancer par la lueur d’espoir du soleil bravant les nuages)… elle résume parfaitement mon impression sur ce livre !

L’histoire commence tout d’abord par une grosse mise en place (environ les 100 premières pages) nous annonçant la couleur. En effet, l’on entre dans un univers fantasy promettant d’être assez sombre et différent de ce que l’on a l’habitude de voir (j’entends par là tout ce qui comprend la magie) tout en étant des plus réaliste. Le tout arrivant de manière posée et sereine, on ne réalise pas immédiatement entrer dans une succession de carnages nous plongeant au cœur d’une intrigue remontant aux origines du monde ici crée. C’est donc au côté de trois Druides, un maitre et ses deux apprentis, que nous débutons notre périple lorsque tout trois se voient appeler hors de leur royaume (la Forêt) pour porter secours aux Hommes (donc divisé des Druides – mais cela je vous laisserez le découvrir par vous-même) sur l’élucidation d’un massacre en étant à la fois des personnages neutres et experts dans leur domaine.

N’ayant pas immédiatement d’explications sur le monde et ses occupants nous nous retrouvons donc obligé de suivre l’histoire au travers des yeux de ces trois compères qui très vont vite se retrouver confronter à l’Horreur (et avec un grand H s’il vous plait !) ravivant la possibilité d’une guerre entre les deux grands royaumes du continent, ennemis depuis leur dissolution des milliers d’années au part avant, et ainsi remettre en question leur quotidien et plus profondes croyances. Face à cela nous sommes dès lors déchirés entre la résolution de l’enquête du carnage et d’innombrables problèmes découlant de chaque nouveau pas vers la vérité. L’auteur nous entraine ainsi de périples en périples, découvertes en découvertes sans jamais lâcher le rythme car surviennent tantôt des débats politiques et explications quelques peu foireuses des souverains cherchant par tous les moyens à appuyer leur légitimité, tantôt des courses poursuites contre la mort (nos héros sont d’ailleurs plus souvent pourchassés que le contraire…). Mais n’allaient pas croire que ces enchainements se font de manières bancales ou exagérés ! Au contraire, c’est de manière des plus naturelle, logique mais inattendu que tous les rebondissements surviennent, si bien que c’est une fois un nouvel événement achevé que l’on réalise avoir perdu de vue un ancien devenu obsolète ou ayant été résolu mais n’ayant pas eu le temps d’être célébré (et sincèrement qui voudrait célébrer ces découvertes toutes plus sanglantes les unes que les autres…). J’ai d’ailleurs eu du mal à comprendre que j’étais parvenu à la dernière page une fois celle-ci tournée car il m’apparaissait incongru de laisser cet univers et d’avoir une fin… Toutefois, je souligne que c’est la toute première fois que je me vois entièrement satisfaite d’une dite fin ! Etant un peu chiante (au moins je le reconnais ^^) sur ce point, je trouve toujours quelque chose à reprocher à la fin de mes lectures (et je trouverais surement quelque chose ici aussi si je réfléchi bien… ah oui : c’est la fin -_-). Et pourtant me voilà ici 100% satisfaite. Rassurez vous, je ne vais pas vous la spoiler mais il me parait primordiale de dire à quelle point elle m’a enchanter car le dénouement est parfait ! Sans apitoiement quelconque, noblesse déplacer ou incohérences avec le reste de l’univers ou de l’atmosphère, une lueur d’espoir malgré les heures sombres passées et les problèmes qui ne manqueront pas de survenir suite aux révélations finales (une suite quelques centaines d’années plus tard serait d’ailleurs géniale *_*), une fin en adéquation pour tous les personnages et surtout un combat entre les deux camps (mais je ne vous dirais pas lesquels) à la hauteur (pas à la Eragon et Galbatorix quoi…) !!

Voilà donc pour l’histoire (j’ai peur de trop spoiler en continuant). Pour parler rapidement des personnages et de l’univers en lui-même (avec sa magie, sa politique, etc.), je dirais juste que je les tous adorés (chose assez exceptionnelle) car bien qu’ils soient tous très différents, tous possèdent une force lui étant propre ainsi qu’une personnalité recherchée et complexe. Loin des caricatures, ce sont des êtres réalistes et que l’on pourrait rencontrer dans notre monde (en enlevant certains points physiques pour certains ^^) que l’on découvre et si certains nous apparaissent au départ comme dérangeants voir détestables, l’auteur nous montre vite que tous cachent des secrets et que rien n’est jamais simple. Certains d’entre eux ont ainsi fait de mauvais choix mais après tout qui n’en fait pas et comment condamner ces êtres que la vie n’a pas épargnés ? Que l’on regarde du côté des Hommes, des Druides ou des Bêtes, il est difficile de ne pas compatir ou, tout au moins, comprendre que leur route les a parfois menées à leurs actes (pas pour autant excusables mais largement compréhensibles) et là où ils en sont (certaines injustices m’ont d’ailleurs remué car on est ici bien loin du pays de Candi). J’ai ainsi trouvé tous les personnages attachants et délectables (oui oui carrément). De la même manière l’univers à l’air recherché et est très bien décrit. L’originalité de la Forêt est envoutante et tranche à merveille avec le reste du monde moyenâgeux et classique pendant que la magie des Druides dans sa simplicité ajoute une touche de fantasy agréable et légère. De plus, une part de mystère n’est jamais levée et permet de ne pas rompre l’enchantement et cela alors que tous les envoutements de ce monde semblent être brisés les uns à la suite des autres.

Enfin, pour ce qui est du style d’écriture, je l’ai (comme tout le reste) adoré. A la fois simple et fluide mais un minimum soutenu (pas de mots savants ou pompeux mais une belle plume et des mots un peu plus recherchés que le langage courant), l’auteur, par la manière dont il le dépeint, nous fait parfaitement entrer dans l’univers sans nous encombrer de blablas inutiles mais en parvenant à de superbes descriptions assez succinctes mais suffisantes. De plus les choses sont décrites telles qu’elles sont ce qui est extrêmement agréables lors des nombreuses scènes de massacres qui n’apparaissent de ce fait ni plus gore que nécessaire mais néanmoins suffisamment représentative pour que l’on ressente le malaise et les sensations des personnages ! Les discours répliques de ces personnages sont d’ailleurs eux-aussi en accord parfait avec le tout en étant en adéquation avec les caractères de chacun ainsi que les situations (enfin un peu de réalisme dans les conversations). Le tout nous donne ainsi une réelle impression de vécu et j’ai plusieurs fois eu l’impression d’être à la place des personnages !

Voilà… je crois que je vais m’arrêter là car si j’ai encore beaucoup à dire sur ce livre, ça va commencer à faire long ^^ Je conclurais donc en ajoutant que c’est la première fois que je referme un livre de fantasy avec une impression de telle plénitude et réflexion (d’ordinaire ce sentiment est chez moi propre à la SF)…

Mon seul regret : ne pas avoir trouvé la version édité chez Eclipse afin d’avoir la couverture en entier… (Quel regret ^^).

Note : Enormissime coup de cœur pour moi 

Publicités

2 réponses à “Druide de Oliver Peru

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s